Rando L.D.C

Publié le 28 Mai 2010

Mardi 25 mai 2010

 

              La rando du mardi commence par de grosses émotions, en effet nous partons dans deux voitures et la circulation, les embranchements nous séparent, trop tard pour tourner au bon endroit et nous voilà séparés.

                Pas grave nous savons que nous allions vers Vibraye, donc pas de panique, jusque là tout va bien. Sur place à Vibraye nous commençons à tourner pour retrouver les autres, une fois dans un sens une fois dans l’autre sens pour être sûr de ne pas les « louper », ils nous attendaient sur la place alors que nous tournions autour de la ville, résultat négatif pas de retrouvaille, alors j’indique au conducteur que de toute manière le mieux était encore d’aller directement vers le point de départ de la rando pour ne pas perdre de temps. Problème…. on ne trouve pas la direction sur les panneaux indicateurs, « attends, je vais demander à la dame qui passe sur le trottoir » comme quoi j’ai toujours la bonne idée au bon moment et je demande la direction de « Villaines », je me souvenais bien de ce que Michel C m’avait dis, je lui avais même rétorqué : « Ah oui, je vois c’est en limite du département, tout près du Loir et Cher !» Le brave dame se creuse les méninges et elle me répond qu’elle ne voit pas de Villaines dans la région. Bon, elle ne connaît pas, demandons au monsieur qui est de l’autre coté de la route, gentiment il traverse, nous lui posons la même question et là il réfléchit et nous dit « C’est pas facile car j’ai une maladie de la tête et j’oublie tout, par contre je ne connais pas de Villaines par ici, le mieux est que vous alliez voir du coté de Villaines la Gonais, c’est pas loin, une vingtaine de km tout de même. »

             Il a peut être raison…? C’est drôle de passer par Vibraye pour aller à Villaines la Gonais mais maintenant on sait alors on y va, le long du chemin on se dit que l’idéal serait de donner un coup de téléphone à Michel C, mais on ne connaît pas son numéro, Michèle V a bien son portable mais sa batterie est à plat et le mien est dans le coffre de la voiture, ça s’arrange pas, mais les jours rallongent…quand un téléphone sonne, Ha ! Ha ! Ha ! arrêtes-toi c’est le mien, le temps de le prendre, plus personne sauf un numéro inconnu que je veux rappeler, et ça recommence encore à sonner, Woaaaah! Bingo ! C’est Michel C qui s’inquiète et nous attends à…..VALENNES  facile on en est à 25 km, je le rassure, tout va bien, c’était seulement une faute de frappe dans ma petite tête, demi-tour, on arrive.

Ouf nous y voilà… à Valennes tout près du Loir et Cher c’est quand même facile d’y aller il suffit de téléphoner à la mairie d’Yvré pour avoir mon n° de portable et le tour est joué ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

                 Bon nous sommes là pour marcher, fini la rigolade, la première décision est de laisser les sacs  dans les voitures puisque nous allons faire deux boucles d’une dizaine de km chacune. Il fait une chaleur lourde et le ciel se couvre doucement, le terrain est sec et dur à souhait. Les côtes nous redisent que le Perche n’est pas un plat pays. Nous marchons allègrement presque les mains dans les poches, les chemins sont en herbés par endroit on voit que les « papy-débrousailleurs » ne sont pas passés depuis un certain temps par ici. Le fait de ne pas porter de sac à dos nous permet d’avoir un rythme soutenu et nous parcourons relativement vite nos 10 km avant 13h.

               Le déjeuner à lieu, au bord du plan d’eau, gentiment, installé sur des bancs et une table pour notre plus grand bonheur, nous sommes à l’ombre par-dessus le marché, que demander de plus ?

               L’après-midi nous reprenons le cours de cette belle rando autour de Valennes qui est un des rares petits village à avoir gardé une structure géographique moyenâgeuse, avec de vieilles maisons groupées au bord d’un ruisseau, autour d’une église et de la maison du maître des lieux. Valennes dispose d’un lavoir original tout à fait bien conservé et entretenu.

              Pour la petite histoire il faut savoir que Valennes comme beaucoup de petit bourg de la région a un passage baptisé : « l’impasse du Cœur de Loison » cette dénomination mérite toute son explication.

A Valennes, comme souvent au milieu du XIXe siècle, les paysans élevaient des oies, qui avaient fort bonne réputation chez les anglais. Donc tous les ans, peu de temps avant l’hiver, les marchands venaient acheter les oies, que l’on conduisait à pied et en troupeaux jusqu’au Mans, pour embarquer vers leur destination finale.

A force de les voir partir, il était de coutume de dire : « que de l’oison, on ne voyait que le cul », d’où le nom de la « rue du cul de l’oison » que l’on a modifié par pudibonderie au début du XXe siècle, en « cœur de loison »

Le nom de Valennes est la déclinaison de Vallena ou Valenia qui vient de sa situation dans le creux de la vallée.

Valennes a disposé d’un port, au lieu dit Rougemont qui servait à faire partir par flottage les bois de la forêt de Vibraye et le bois de la forêt de Montmirail était amené dans la Baye par le canal du Cintron, creusé spécialement pour cela.

Valennes compte actuellement 356 habitants nommés les « valennois »  et fait remarquable, tous les ans a lieu un carnaval célèbre (Mardi gras et Mercredi des cendres) et une fête champêtre (15 août).

Heureux d’avoir fait une superbe randonnée d’une vingtaine de km, nous laissons nos capuches aux voitures le temps de faire un petit tour du village en passant par les hauteurs pour découvrir un paysage de toute beauté et…de se prendre une averse orageuse sans réelles conséquences sinon de mouiller les chemises qui sècheront aussi vite.

               Bravo Michel C et merci de ta patience et maintenant grâce à toi: « je sais que Valennes s’écrit avec un A et non un I. »     On y retourne quand tu veux !

J’oubliais aussi de vous dire de ne pas chercher les photos de cette rando, pour cause de manque d’appareils photographiques sinon, un seul resté dans le sac, et le sac dans la voiture, et la voiture sur la place…etc…etc…tout faux !!

A bientôt,pour de nouvelles aventures

Herte

Rédigé par association des chemins en yvré

Publié dans #les rando du mardi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article